Pile, batterie : quand Luigi Galvani ouvre le chemin à Volta

Les cuisses des grenouilles sont étranges. Luigi Galvani, professeur à l’Université de Bologne, a découvert en 1770 les vives contractions produites par ces cuisses lorsqu’on applique de l’électricité directement sur le nerf.

Selon la légende, il était en train de disséquer une grenouille épinglée par crochets de cuivre sur une table où il venait précédemment d’effectuer diverses expériences d’électricité statique. L’assistant de Galvani a ramassé un scalpel métallique sur la table qui était porteur d’ une charge d’électricité statique et a accidentellement touché un nerf sciatique exposé. Avec une petite étincelle, la cuisse tremblait et Galvani a découvert que la charge électrique pouvait être transportée par des ions et par des fluides ou l’atmosphère comme les théories antérieures le supposaient.

Travaux de Luigi Galvani sur les animaux et l'électricité statique

Travaux de Luigi Galvani sur les animaux et l’électricité statique


Il n’a pas vraiment compris ce phénomène et a supposé à tort que cette «électricité animale» naissait dans le tissu lui-même, menée par un «fluide électrique». Cette idée fausse durera pendant près de trente ans. De son côté, à partir de l’observation de Galvani, Volta a l’intuition que la production d’électricité est liée à la présence de 2 métaux différents, reliés par un conducteur, ce qui ouvre la voie à la batterie électrique moderne, à la pile et à l’avènement de la cellule galvanique.